Un juge fédéral autorise de fait le mariage gay en Utah

Dans la perspective d’un défenseur des « valeurs », l’Utah sera devenu en quelques jours le lieu de la « fin des temps », la terre à fuir avant que ne s’y abatte le courroux divin, comme sur Sodome et Gomorrhe. Mais dans la perspective d’un défenseur de l’égalité des droits dans la société et devant la loi, l’Utah est devenu en quelques jours un modèle… que tous auraient du mal à suivre.

Les causes de ce qui précède sont multiples. Il y a d’un côté les actions de la part de l’Église mormone et, de l’autre, les actions de la justice fédérale en « pays mormon ».

Du côté de l’Église, j’ai déjà parlé de la reconnaissance sur son site internet que l’édifice exégétique élaboré depuis le XIXe siècle jusqu’en 1978 pour justifier l’exclusion des Noirs n’était pas une doctrine, quand bien même des prophètes et des apôtres l’avait défendu en tant que tel (cf. ma note du 7 décembre). A ceci, il faut ajouter un autre mea culpa: la reconnaissance de la part de l’institution religieuse majoritaire dans le mormonisme que ses fidèles ont célébré des mariages polygames jusqu’en 1904 alors qu’elle avait pendant longtemps soutenu que la chose avait effectivement cessé à son niveau avec son manifeste de 1890.

Du côté de la justice fédérale, on assiste à un réel chambardement du modèle familial que les mormons avaient voulu mettre en place après 1904, à savoir une société strictement monogame où les polygames étaient systématiquement excommuniés ou contraints de vivre à la marge; et, depuis les années 1960-70, combat acharné pour les « valeurs » pour préserver ce nouveau modèle social où les homosexuels n’avaient pas toujours les mêmes droits civiques que les autres. Or, après avoir jugé inconstitutionnelle une disposition de la Constitution de l’Utah qui interdisait la cohabitation, autrement dit la polygamie, le même tribunal fédéral a annoncé hier, dans Kitchen v. Herbert (2013), un arrêt de 53 pages, qu’un amendement de la Constitution de l’Utah, voté en 2004, et qui interdisait le mariage homosexuel, était contraire à la Constitution fédérale.

Voici le passage en question: « The court hereby declares that Amendement 3 is unconstitutional because it denies the Plaintiffs their rights to due process and equal protection under the Fourteenth Amendment of the United States Constitution. The court hereby enjoins the State from enforcing Sections 30-1-2 and 30-1-4.1 of the Utah Code and Article I, §29 of the Utah Constitution to the extent these laws prohibit a person from marrying another person of the same sex » (p. 53). (Traduction: La cour déclare en conséquence (hereby) que l’Amendement 3 est inconstitutionnel parce qu’il refuse aux plaignants leur droit à un procès équitable et à l’égale protection garantis dans le Quatorzième Amendement de la Constitution des États-Unis. La cour enjoint par conséquent l’État [d’Utah] de ne pas appliquer les Sections du Code et l’Article [litigieux] de la Constitution de l’Utah dans la mesure où ces lois interdisent à une personne d’épouser quelqu’un d’autre du même sexe).

Défilé Gay Pride SLC 2012, photo Gay PrideCet arrêt doit certainement faire plaisir aux mormons, peu nombreux, qui lutte depuis un moment pour faire changer les choses. Quant aux LGBT, il va sans dire qu’ils sont heureux du « cadeau de Noël » que vient de leur offrir la justice, comme aux polygames juste avant eux. Le Salt Lake Tribune rapporte que dans la foulée de l’arrêt, des couples du même sexe se sont pressés au bureau de la greffe du comté de Salt Lake pour y être mariés par… un pasteur de la First Baptist Church.

L’État d’Utah a immédiatement fait appel de l’arrêt auprès de la juridiction fédérale supérieure et a demandé sa non-application en attendant une décision finale. L’Église mormone, dont l’action a été décisive en Californie pour faire passer la Proposition 8, on se souvient, a fait part de ce court communiqué de presse:
« This ruling by a district court will work its way through the judicial process. We continue to believe that voters in Utah did the right thing by providing clear direction in the state constitution that marriage should be between a man and a woman, and we are hopeful that this view will be validated by a higher court » (cf. « Church Statement on Court Ruling Regarding Same-Sex Marriage in Utah« ).

Autrement dit, l’institution est déçue mais comme ce fut toujours le cas dans ces affaires, elle ne restera pas passive et espère que la juridiction supérieure (higher court) donnera gain de cause à l’État d’Utah et à ses habitants. L’appel de la décision risque de mettre du temps à venir; parce que, comme dans l’arrêt autorisant la polygamie, on est dans une bataille qui va aller jusqu’à la Cour Suprême fédérale et qui dépasse de loin l’Utah et les mormons.

Une autre affaire à suivre donc. Mais en attendant, je ne peux m’empêcher de constater que depuis… aller, une dizaine d’année au moins, l’Utah et les mormons aux États-Unis, sont devenus le sujet de recherche le plus passionnant en civilisation américaine.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Un juge fédéral autorise de fait le mariage gay en Utah »

  1. Ping : Ordonnance suspensive des mariages homosexuels en Utah… en attendant | Mormonisme & Sociétés

  2. Ping : L’Utah, la (légalisation supposée de la) polygamie et l’AFP | Mormonisme & Sociétés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s